Chaleur et canicule : comment réagir

Chaleurs, canicule, été qui arrive : comment bien protéger son hamster, et comment réagir en cas de coup de chaud?

Avant toute chose, il faut toujours faire attention de ne pas trop refroidir l’animal! Sa température doit être stable, et ne pas descendre en-dessous de la normale. Un coup de froid peut très vite dégénérer en de graves problèmes de santé.

Il n’y a pas de réelles température « idéale » pour le hamster (entre 15 et 20°C pour son bien-être), ce sont d’une part les brusques hausses ou baisses de températures, et les fortes chaleurs qui peuvent lui être fatales.

En cas de fortes chaleurs, canicules, veillez si possible à placer la cage dans une pièce fraiche (les salles de bain notamment sont souvent adaptées), fermez éventuellement les volets, si vous en avez, avant que le soleil n’arrive pour garder la fraicheur de la nuit.

Vous pouvez placer la cage au sol si l’air y est plus frais (attention toutefois au stress éventuel d’autres animaux autours de la cage).

Gardez une aération suffisante dans la cage (surtout les terrarium, aquarium et cages en plexi).

Ne jamais diriger un ventilateur vers la cage, le hamster prendrait froid. Faites attention à toutes formes de courant d’air! Quand vous ouvrez grand une fenêtre proche de la cage, n’hésitez pas à couvrir les parties de la cage exposées au courant d’air.

Quelques trucs pour garder la cage au frais :

– Placer un torchon ou une serviette humide sur la cage. Elle ne doit pas gouter, et elle doit être remplacée régulièrement. Veillez à ce que l’animal ne le ronge pas.
– Placer une bouteille d’eau au frigo quelques heures puis bien l’entourer d’un torchon et la placer dans la cage. Idem, veillez à ce que l’animal ne ronge pas le torchon.
– Placer un bout de carrelage, préalablement mis au frigo, dans la cage. L’animal se couchera dessus s’il a trop chaud. Une assiette ou un tasse assez basse peuvent également convenir. Ne pas les placer au congélateur pour que l’animal puisse se tenir dessus.
– Changer l’eau le plus souvent possible pour la garder fraîche

– …

Comment réagir en cas de coup de chaleur?

Comment le reconnait-on?

L’animal est faible, sa respiration est difficile, il ne réagit plus, ou peu, aux stimuli (il est souvent inerte). Souvent la queue et les oreilles sont chaudes, et pour les animaux avec une pigmentation claires, les veines sur les oreilles sont plus visibles.

Si vous avez la possibilité d’aller voir très rapidement un bon vétérinaire compétent en rongeurs, n’hésitez pas, et passez en urgence! Plus le temps de réaction est court, et moins l’animal a de probabilité de mourir.

Si, et seulement si, ce n’est pas possible, alors faites ceci :

Faire baisser la température corporelle en baignant l’animal dans l’eau. Celle-ci peut-être tiède puis fraiche mais elle ne doit pas être glacée. Donc ne pas utiliser de pains de glace.  Il faut maintenir l’animal dans l’eau jusqu’à ce que sa température corporelle soit redevenue normale (c’est long, parfois dans les 10 min). Attention de ne pas mettre la tete sous l’eau, attention aux oreilles. La température de l’eau est à juger au feeling, tiède à normale.

Le vétérinaire, en plus ce traitement, fera également :

– Perfusion intraveineuse ou sous-cutanée pour les plus petites espèces.
– Valium en cas de crises convulsives. Chez les petits rongeurs, la voie intra-rectale est privilégiée.

La consultation sert à gérer les coups de chaleur qui n’ont pas pu être solutionnés à la maison, le plus prudent étant de consulter au plus vite pour ne pas perdre le temps d’une tentative infructueuse à domicile. Si l’épisode a pu être solutionné à la maison, une consultation « après-coup » permet de vérifier qu’il n’y a pas de séquelle de cette crise (insuffisance rénale, atteinte neurologique, etc.).

/!\ Un coup de chaleur peut avoir des répercutions plusieurs heures après, c’est le cerveau qui est endommagé et met du temps à se dégrader. En cas de coup de chaleur, il faut réagir immédiatement ET longtemps (passer l’animal 1 min sous l’eau n’aura aucun effet).

Merci à Olivier Pouyol (Vétérinaire compétent NAC à la Clinique Caduvet) pour ses compléments de réponse.

Les commentaires sont clos.